Coups de projecteur 2021


Le dimanche de la parole

Le 24 janvier 2021

La seconde édition du "dimanche de la Parole" a lieu ce dimanche 24 janvier. Voulu par le pape François, le troisième dimanche du temps ordinaire de chaque année, rappelle à tous, pasteurs et fidèles, l'importance et la valeur de la sainte Écriture pour la vie chrétienne, ainsi que la relation entre la Parole de Dieu et la liturgie : « En tant que chrétiens, nous sommes un seul peuple qui marche dans l’histoire, fort de la présence du Seigneur parmi nous qui nous parle et nous nourrit.

 

Ce jour consacré à la Bible veut être non pas “une seule fois par an”, mais un événement pour toute l’année, parce que nous avons un besoin urgent de devenir familiers et intimes de la sainte Écriture et du Ressuscité, qui ne cesse de rompre la Parole et le Pain dans la communauté des croyants. C’est pourquoi nous avons besoin d’entrer constamment en confiance avec la sainte Écriture, sinon le cœur restera froid et les yeux resteront fermés, frappés comme par d’innombrables formes de cécité ».

 

Ce dimanche est donc une bonne occasion de relire certains documents ecclésiaux et surtout les Prænotanda de l’Ordo Lectionum Missæ, qui présente une synthèse des principes théologiques, célébratifs et pastoraux concernant la Parole de Dieu proclamée dans la messe, mais valable aussi dans toute célébration liturgique (sacrements, sacramentaux, liturgie des heures).

  1. 1. Au moyen des lectures bibliques
  2. 2. L'ordonnancement des lectures bibliques
  3. 3. Le chant du psaume
  4. 4. Dans l'homélie
  5. 5. Le silence
  6. 6. La Parole de Dieu dans l'assemblée
  7. 7. Prendre soin de l'ambon
  8. 8. Les livres
  9. 9. Les réunions de formation
  10. 10. Le lien entre la sainte Écriture et la liturgie des heures, la prière des Psaumes et Cantiques de l'Office

Cette Note entend contribuer à réveiller, à la lumière du Dimanche de la Parole de Dieu, la prise de conscience de l'importance de la sainte Écriture pour notre vie de croyants, à partir de sa résonance dans la liturgie qui nous place dans un dialogue vivant et permanent avec Dieu. De la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, le 17 décembre 2020. Cardinal Robert Sarah, Préfet de la congrégation.

 

Source : https://diocesedetours.catholique.fr/actualites/detail-de-lactualite


“Que nos yeux s’ouvrent” Jeûnons et prions pour sortir d’une bioéthique aveuglée

Le 17 janvier 2021

La Conférence des évêques de France (CEF) publie ce document préparé par son Groupe bioéthique afin d’aider chacun à vivre entre janvier et début février quatre vendredis (15, 22, 29 janvier et 5 février) de jeûne et de prière. Cette démarche spirituelle pourra se vivre chacun chez soi, seul ou en famille, ou, si les normes sanitaires le permettent, en communauté. Avec un cœur paisible mais sans relâche, les catholiques souhaitent aider notre société française à être une société de l’amour et de l’espérance dans la vérité et le respect de la dignité humaine, sans quoi la fraternité prônée dans notre devise républicaine ne serait qu’illusion.

 

“Le projet de loi relatif à la bioéthique sera débattu en seconde lecture au Sénat début 2021. On s'aperçoit qu’il reflète un “affrontement culturel entre la technique considérée comme un absolu et la responsabilité morale de l’homme.” [...] Le pape François nous interpelle : “Lorsque tu arrives au stade où tu peux regarder le visage de chaque homme et y voir ce que la religion appelle “l’image de Dieu”, tu commences à l’aimer en dépit de tout”. Cela engage “notre façon d’être en relation avec les autres” : elle “est une fraternité mystique, contemplative, qui sait regarder la grandeur sacrée du prochain”. Ce regard est comme obstrué par l’individualisme qui imprègne nos mentalités et qui nous rend myopes sur la grande beauté de l’être humain. Cet individualisme suscite des comportements contraires à la fraternité à laquelle nous aspirons : agir tous ensemble en respectant l’égale dignité de chacun, du plus petit au plus grand. Il conduit au repli sur soi qui blesse notre engagement pour la solidarité ; nous savons pourtant qu’elle est indispensable afin que les plus fragilisés aient toute leur place parmi nous. La solidarité découle de notre capacité à regarder le plus fragile comme un frère, comme une sœur. [...]

 

La science suscite des techniques qui nous rendent de précieux services mais nous sommes tentés par leur prodigieux pouvoir qui fascine. cette fascination nous aveugle sur la responsabilité morale qui, à l’heure de l’écologie, nous oblige à mettre en œuvre une “écologie humaine”.”

 

Source : https://eglise.catholique.fr/espace-presse/communiques-de-presse /512041-eveques-invitent-a-quatre-vendredis-de-jeune-de-priere/

Trame de prière pour chaque vendredi disponible à ndlrscome@gmail.com


Le pape a décrété une année dédiée à saint Joseph du 8 décembre 2020 au 8 décembre 2021

Le 10 janvier 2021

 

Lettre apostolique Patris Corde du Saint-Père François donnée le 8 décembre 2020 à l’occasion du 150ème anniversaire de la déclaration de Saint Joseph comme patron de l’Église universelle.

 

La pandémie de Covid-19, écrit le Pape, nous fait comprendre l’importance des personnes ordinaires, celles qui, éloignées des projecteurs, font preuve de patience, insufflent l’espérance et veillent à créer une vraie co-responsabilité. À l’image de saint Joseph, « l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée », et qui, pourtant, « joue un rôle inégalé dans l’histoire du salut ». [...]

 

Joseph est « père dans l’accueil », parce qu’il reçoit Marie « sans conditions préalables », un geste important encore aujourd’hui, « en ce monde où la violence psychologique, verbale et physique envers la femme est patente ». [...] Ce que Dieu dit à notre saint, il semble le répéter à nous aussi : « N’ayez pas peur ! », parce que « la foi donne un sens à tout événement, heureux ou triste », et nous fait prendre conscience que « Dieu peut faire germer des fleurs dans les rochers ». [...] Patris corde met en exergue « le courage créatif » de saint Joseph, celui que l’on rencontre dans les difficultés et qui tire de nous des ressources que nous ne pensions même pas avoir. [...] La personne qui travaille, « collabore avec Dieu lui-même et devient un peu créatrice du monde qui nous entoure ». [...] Au regard de l’aggravation de la pandémie de Covid-19, François appelle à « revoir nos priorités » afin que nous puissions nous engager à dire : « aucun jeune, aucune personne, aucune famille sans travail ! » [...] La Lettre apostolique Patris corde s’accompagne d’un décret de la Pénitencerie apostolique annonçant « l’Année spéciale de saint Joseph » décrétée par le Pape et la concession relative du « don d’indulgences spéciales ». Il donne aussi des indications spécifiques pour les journées traditionnellement consacrées à la mémoire de l'Époux de Marie, comme le 19 mars et le 1er mai, ainsi que pour les malades et les personnes âgées, « dans le contexte actuel de l'urgence sanitaire ».

 

Article de Vatican News


Extrait du message du Pape François pour la Paix

Le 3 janvier 2021

On obtient autant qu’on espère (St Jean de la Croix)

 

Le chemin de la réconciliation exige patience et confiance. On n’obtient pas la paix si on ne l’espère pas.

 

Il s’agit avant tout de croire en la possibilité de la paix, de croire que l’autre a le même besoin de paix que nous. En cela, l’amour de Dieu pour chacun d’entre nous peut nous inspirer, un amour libérateur, sans limite, gratuit, inlassable.

 

La peur est souvent source de conflit. Il est donc important d’aller au-delà de nos craintes humaines, en nous reconnaissant comme des enfants dans le besoin devant celui qui nous aime et qui nous attend, comme le Père du fils prodigue (cf. Lc 15, 11-24). La culture de la rencontre entre frères et sœurs rompt avec la culture de la menace. Elle fait de toute rencontre une possibilité et un don de l’amour généreux de Dieu. Elle nous pousse à dépasser les limites de nos horizons restreints afin de toujours viser à vivre la fraternité universelle comme enfants de l’unique Père céleste.

 

Pour les disciples du Christ, ce chemin est aussi soutenu par le sacrement de la Réconciliation, donné par le Seigneur pour la rémission des péchés des baptisés. Ce sacrement de l’Eglise, qui renouvelle les personnes et les communautés, invite à avoir le regard tourné vers Jésus qui a réconcilié « tous les êtres pour lui, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1, 20); et il demande d’abandonner toute violence en pensées, en paroles et en actions, aussi bien envers le prochain qu’envers la création.

 

Source : https://fr.zenit.org/2019/12/12/message-du-pape-francois-pour-la-paix-dans-le-monde/