Coups de projecteur 2020


Quelques nouvelles

Le 5 Juillet 2020

  • PASTORALE DE LA SANTÉ : APPEL À BÉNÉVOLES

De très nombreuses personnes, malades, âgées et handicapées se sont retrouvées seules et démunies durant le confinement. Afin de les accompagner, la Pastorale de la Santé recherche des bénévoles de tous âges. Missions très variées: en hôpital, clinique, EHPAD, à domicile.

Merci de contacter les responsables : Armelle JUS, responsable du service diocésain et Valérie MAUGER, responsable diocésaine des aumôneries d'hôpitaux et de cliniques.

Courriel : pastorale.sante@catholique37.fr Tél. 06 60 07 85 69 

https://diocesedetours.catholique.fr/le-diocese/les-services-diocesains/pastorale-de-la-sante/

 

  • RENTREE PAROISSIALE :

Mgr JORDY demande à ce que toutes les rentrées paroissiales du diocèse soient organisées le week-end des 3 et 4 octobre. Le programme est à définir, il nous donnera des pistes de réflexion pour la vie du diocèse. RÉSERVEZ VOTRE DATE .

 

  • UN SÉMINARISTE EN STAGE DANS NOTRE PAROISSE :

A partir de septembre prochain nous accueillerons Renaud SILVE séminariste du diocèse de Tours. Il est en formation à l'Institut Catholique de Paris. Il sera à plein temps dans la paroisse. Réjouissons nous et préparons nous à l'accueillir avec joie.


126 prêtres ordonnés en 2020

Le 28 Juin 2020

Chaque année, les ordinations ont lieu à proximité de la fête des apôtres Saint Pierre et Saint Paul célébrée le 29 juin. Ces deux saints sont les deux piliers de l’Église et jamais la Tradition ne les a fêtés l’un sans l’autre. L’Église catholique romaine, est l’Église de Pierre et de Paul, l’Église des témoins directs des fruits de la vie du Seigneur.

 

Événement important pour la vie de l’Église locale, la célébration d’une ordination a lieu de préférence le dimanche et à la cathédrale, en présence du plus grand nombre. L’ordination presbytérale est la célébration au cours de laquelle le prêtre reçoit de l’évêque le « sacrement de l’ordre ».

 

Par l’ordination, le nouveau prêtre reçoit le caractère sacerdotal « qui le configure au Christ Prêtre pour le rendre capable d’agir en la personne du Christ Tête » (Presbyterorum ordinis, n°2) ; il s’agit d’une marque définitive, au même titre que le baptême et la confirmation. Appelés à servir le Peuple de Dieu, les prêtres constituent un seul « presbyterium » : la communauté des prêtres d’un diocèse unis à leur évêque.

 

Source : https://eglise.catholique.fr/espace-presse/communiques-de-presse/501281-126-pretres-ordonnes-en-2020/


En juin, le Pape appelle à la compassion

Le 21 Juin 2020

Dans la Vidéo du Pape du mois de juin, relayant l’intention de prière mensuelle du Saint-Père, la compassion et la tendresse sont mises en avant : François demande de prier pour tous ceux qui traversent des difficultés, afin qu’ils puissent trouver des chemins de vie dans le Cœur de Jésus.

 

Alors que la pandémie de coronavirus est toujours présente dans de nombreuses régions du monde, le Saint-Père n’oublie pas ceux qui traversent toutes sortes de difficultés. En ce mois de juin, il demande de prier spécialement pour que tous ceux qui souffrent «trouvent des chemins de vie, en se laissant toucher par le Cœur de Jésus».

 

Là où il y a de la douleur, là où il y a de la souffrance, là où il y a des épreuves, le Cœur de Jésus est là. Personne n’est seul. Le message du pape François nous rappelle qu’il existe un chemin pour aider quiconque en a besoin. Il nous exhorte à nous approcher du Sacré-Cœur car il est capable d’accueillir «tout le monde dans la révolution de la tendresse».

 

Juin, mois du Sacré-Cœur de Jésus

 

La dévotion au Cœur de Jésus, auquel le mois de juin est consacré, a une longue histoire. Du «cœur transpercé de Jésus» dans l’Évangile de Saint-Jean - interprété dans la mystique médiévale comme la blessure qui manifeste la profondeur de son amour - en passant par les révélations à Sainte Marguerite-Marie Alacoque au XVIIe siècle et le culte ultérieur du Sacré-Cœur au XIXe siècle, jusqu’à la Divine Miséricorde avec Sainte Faustine Kowalska au début du XXe siècle. Le pape Pie XII a même écrit une encyclique sur le Sacré-Cœur, Haurietes aquas (1956).

 

Pour lire l’article en entier : https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2020-06/pape-francois-intention-priere-juin-compassion-sacre-coeur-jesus.html


Le Sacré-Coeur

Le 14 Juin 2020

Le Sacré-Cœur c’est le Cœur du Christ, vrai Dieu et vrai Homme. Dieu nous aime ! Voilà le message que nous avons à entendre ! Que ces quelques images puissent vous dire : Dieu vous attend les bras ouverts, Jésus a donné sa vie pour vous sur la Croix, Il est Ressuscité et aujourd’hui encore il veut vous donner tout son Amour !

 

« Le Sacré-Cœur » est la révélation de l’amour de Dieu pour l’humanité. Cette expression riche de sens, qui renvoie au cœur de Jésus Christ, désigne la Personne du Fils de Dieu fait homme : c’est dire que dans le cœur humain de Jésus, brûle l’amour infini de Dieu pour les hommes.

Ainsi, le Cœur du Christ est l’épiphanie de l’amour de Dieu. Par son Incarnation dans laquelle se profile déjà la Croix, Jésus manifeste l’amour du Père à travers sa vie d’homme.

L’expression « cœur » est empruntée à l’Ancien et au Nouveau Testament pour exprimer la vie profonde de l’homme, avec tout à la fois son intelligence, sa volonté et sa sensibilité, la fine pointe de son être lorsqu’il est en contact avec Dieu.

L’expression « cœur » est aussi employée par Saint Paul pour exprimer la profondeur insondable du mystère du Christ, parce que son humanité, qui est celle du Fils de Dieu, portée à sa perfection, nous communique les richesses de sa divinité.

La spiritualité du Cœur du Christ est très ancienne... Elle plonge ses racines dans l’Evangile lui-même, qui nous parle du Cœur de Jésus, ouvert sur la Croix par la lance d’un soldat, et d’où ont coulé l’eau et le sang, les « fleuves d’eau vive » [...]

 

Pour lire l’article complet : 


Saint Antoine de Padoue

Le 7 Juin 2020

Souvent invoqué pour retrouver des objets perdus, saint Antoine de Padoue a surtout été un grand prédicateur et un théologien de renom.

 

« Saint Antoine de Padoue, grand voleur, grand filou, rendez ce qui n’est pas à vous ! ». Cette phrase, bien connue alimente la dévotion populaire de saint Antoine. Car il est d’usage d’appeler à la rescousse Antoine pour retrouver des objets égarés ! Mais on a un peu oublié que ce saint portugais et prêtre franciscain est un mystique qui a été un grand théologien et également un missionnaire.

 

Antoine est né à Lisbonne, au Portugal, sous le nom de Fernando, en 1195. Fils aîné d’une famille noble et riche, il entre, à quinze ans, chez les chanoines réguliers de Saint-Augustin. À vingt-cinq ans, il est ordonné prêtre.

 

Disciple de saint Augustin et de saint François d’Assise, il se révèle un excellent prédicateur. C’est pourquoi il est envoyé en France pour lutter contre l’hérésie cathare. Beaucoup de personnes se convertissent en l’écoutant. Antoine fonde un monastère à Brive-la-Gaillarde. En 1230, il devient conseiller du pape Grégoire IX. En 1231, il se retire au couvent Sainte-Marie de Padoue où il meurt d’épuisement, le 13 juin, à trente-six ans. Canonisé dès 1232, saint Antoine de Padoue est proclamé docteur de l’Église en 1946.

 

Depuis le XVIIe siècle il est souvent invoqué pour retrouver les objets perdus. On raconte qu’un novice voulant quitter l’Ordre déroba à Antoine son psautier, annoté de sa main, et qu’il utilisait pour ses cours d’écriture sainte à ses confrères. Antoine pria pour retrouver son psautier. Le novice, repentant, rapporta l’ouvrage. [...] Devenu le saint patron du Portugal, les explorateurs portugais le font connaître au monde entier. Il devient le patron des marins et des prisonniers. Le pape Léon XIII (1810 – 1903) disait de lui qu’il est « le saint de tout le monde ».

 

Source : https://www.lepelerin.com/spiritualite/questions-de-religions/christianisme/pourquoi-invoque-t-on-saint-antoine-de-padoue-pour-les-objets-perdus/


Nouveaux horaires, nouvelle organisation

Le 30 Mai 2020

Les messes célébrées en public reprennent selon les dispositions suivantes.

  • Le samedi 18h30 à Ste Anne ET 18h30 à NDLR (messe supplémentaire)
  • Le dimanche 8h30 et 11h à NDLR ET 18h30 à Ste Anne (messe supplémentaire) le 1er we de juin nouveaux horaires du we comme pour la Pentecôte. Et ainsi de suite jusqu'à nouvel ordre !!

Il y a 89 places à NDLR et 35 places à Ste Anne.

Nous prévoyons une équipe d'accueil de 5 personne à chaque messe.

Nous avons besoin de monde pour ces équipes. Une personne formée la semaine dernière donner les directives.

 

Pour NDLR s'inscrire ici : https://framadate.org/7PMfphQwipKQeRXf

 

Je recommande aux destinataires du NDLR et de la Newsletter, aux habitués de venir aux NOUVEAUX horaires de messe pour que ceux qui n'ont pas l'info puisse trouver de la place aux horaires habituels. Chacun doit venir avec un masque et du gel. Il y a beaucoup de changement dans les églises. 2 m entre chaque personne et des fléchages au sol. La communion est donnée dans la main. Les messes de semaine reprennent aux horaires habituels à partir du mardi 2 juin.

Dans l’église ND La Riche elles seront célébrées à l’autel principal, la chapelle de semaine étant fermée.

 

P. Guillaume Morin


Neuvaine pour la Pentecôte

Le 23 Mai 2020

A la demande de Mgr Jordy, les communautés religieuses du diocèse propose chaque jour une prière pour la neuvaine de la Pentecôte. Unissez vous dans la prière pour vous préparer à recevoir le Saint Esprit de confiance et de paix.

 

A compter du samedi 23 mai et jusqu'au dimanche 31 mai, notre diocèse vous propose de prier, chaque jour, l'Esprit Saint. Chaque prière sera mise en ligne le jour même et lue, également, sur RCF Touraine à 8h45.

 

lien vers la neuvaine


54ème Journée mondiale de la communication

Le 16 Mai 2020

Nous célébrons la Journée mondiale des communications sociales chaque année le dimanche suivant la fête de l'Ascension.

Chaque année également, le 24 janvier-en la fête de Saint François de Sales (patron des journalistes)- le Pape publie un message annonçant le thème de l'année.

Depuis Vatican II

En France, cette journée est connue sous le nom de Journée Chrétienne de la communication et est une occasion de réfléchir aux enjeux d'une communication fidèle à l'enseignement de l'église et respectueuse de la dignité humaine. Dire que la situation a changé depuis 40 ans relève de l'évidence et le fait que vous lisiez cette notice directement sur votre ordinateur fait rapidement prendre conscience du chemin parcouru. Le thème choisi pour la journée mondiale des communications sociales en 2011 avait d'ailleurs été "Vérité, annonce et authenticité de vie à l'ère du numérique". En 2013, elle s'intéresse aux réseaux sociaux. En 2014, elle est axée sur "La communication au service d'une authentique culture de la rencontre".

La vérité vous rendra libres" (Jn 8, 32)

Fausses nouvelles et journalisme de paix

C'est le thème retenu par le Pape François pour la journée mondiale des communications sociales du 13 mai 2018. De quoi, pour cette 52 ème édition, s'attaquer à la problématique des "fausses nouvelles" souvent dénommées "fake news", c'est-à-dire les informations infondées qui contribuent à générer et à alimenter une forte polarisation de l’opinion. l'Église catholique souhaite offrir sa contribution en proposer une réflexion sur les causes, les logiques et les conséquences de la désinformation dans les médias. Elle souhaite aussi promouvoir un journalisme professionnel, à la recherche de la vérité, et favorisant la compréhension entre les personnes.


Le déconfinement

Le 10 Mai 2020

La Conférence des évêques de France s’est réunie en assemblée plénière exceptionnelle par visio-conférence vendredi 24 avril après-midi. Il s’agissait pour les évêques de se retrouver pour évoquer ensemble les délais et les modes du « déconfinement » non seulement des cérémonies liturgiques mais aussi des activités catéchétiques et caritatives de l’Eglise.

 

Les évêques sont profondément conscients de l’impatience des fidèles à se retrouver pour célébrer et nourrir leur foi et la partagent. Ils entendent l’urgence que tous ceux qui le peuvent puissent s’impliquer davantage auprès des plus pauvres.

 

Le Président de la Conférence des évêques a pu témoigner de la qualité du dialogue engagé tant avec le Président de la République qu’avec le Gouvernement. Tous se sont réjouis de la convergence de vue entre le Pape François et le Chef de l’Etat sur les enjeux internationaux et humanitaires de la pandémie.

 

Un plan de déconfinement alliant le désir résolu de permettre à nouveau aux fidèles de participer aux sacrements et un grand esprit de responsabilité sanitaire a été présenté et discuté. Les évêques de France redisent combien il leur semble essentiel que la vie ecclésiale puisse retrouver son caractère pleinement communautaire au même rythme que la vie scolaire, sociale et économique de notre pays à partir du 11 mai 2020.

 

Ils remercient solennellement le personnel soignant et tous ceux qui permettent à notre société de fonctionner malgré la crise sanitaire en cours. Ils assurent de leur profonde sollicitude les familles en deuil et toutes les victimes de la pandémie. Ils remercient les prêtres, les communautés chrétiennes et les mouvements de leur persévérance et de leur créativité pastorale pendant le confinement. Ils expriment leur ferme résolution de contribuer à la paix sociale et à l’espérance de tous en ce temps de rude crise partagée.

 

CEF, Conférence des évêques de France


57e Journée mondiale de Prière pour les vocations

Le 3 Mai 2020

A l'occasion de la 57e journée des vocations, le pape François nous invite à ne pas nous décourager car Jésus est avec nous... Le 4 août de l’année dernière, lors du 160e anniversaire de la mort du saint Curé d’Ars, j’ai voulu offrir une lettre aux prêtres qui, chaque jour, consacrent leur vie à l’appel que le Seigneur leur a adressé, au service du peuple de Dieu.

 

A cette occasion, j’avais choisi quatre paroles-clés – souffrance – gratitude – courage et louange – pour remercier les prêtres et soutenir leur ministère. J’estime qu’aujourd’hui, en cette 57e Journée Mondiale de Prière pour les Vocations, ces paroles peuvent être reprises et adressées à tout le Peuple de Dieu, sur le fond d’un passage évangélique qui nous raconte la singulière expérience survenue à Jésus et Pierre, durant une nuit de tempête sur le lac de Tibériade (cf. Mt 14, 22-33).

 

Et alors, même au milieu des vagues, notre vie s’ouvre à la louange. C’est elle la dernière parole de la vocation, et elle veut être aussi l’invitation à cultiver le comportement intérieur de la sainte Vierge Marie : reconnaissante pour le regard de Dieu qui s’est posé sur elle, confiant dans la foi ses peurs et ses troubles, embrassant avec courage l’appel, elle a fait de sa vie un éternel chant de louange au Seigneur.

 

Chers frères et sœurs, spécialement en cette Journée, mais aussi dans l’action pastorale ordinaire de nos communautés, je désire que l’Eglise parcoure ce chemin au service des vocations, en ouvrant des brèches dans le cœur de chaque fidèle, pour que chacun puisse découvrir avec gratitude l’appel que Dieu lui adresse, trouver le courage de dire « oui », vaincre la fatigue dans la foi au Christ et, enfin, offrir sa vie comme un cantique de louange pour Dieu, pour les frères et pour le monde entier. Que la Vierge Marie nous accompagne et intercède pour nous.

 

Pape François, le 8 mars 2020, deuxième dimanche de Carême.


Mot de Mgr Jordy à la Basilique Saint-Martin

Le 26 avril 2020

“Depuis des semaines maintenant, notre monde est frappé par ce virus étrange, minuscule, microscopique, qui pourtant paradoxalement occupe toute notre attention, et qui a notablement transformé nos manières de vivre. [...] L'épreuve que nous traversons ensemble est aussi un moment intense de retour sur nous mêmes qui invite à la réflexion, à la lecture, à la relecture de ce qui nous arrive. [...]

 

Nous venons de fêter en ces jours la fête de Pâques, la victoire de Jésus sur la mort. C'est ce mystère d'un Dieu qui déborde toutes les limites par sa vie, par son esprit que va découvrir Martin. Il va faire l'expérience de Celui dont saint Paul nous disait - vous l'avez entendu dans cette magnifique première lecture - qu'il est source de réconfort, de consolation. Et que recevant la consolation et le réconfort de Lui, nous pouvons ainsi réconforter les autres. C'est bien ce réconfort, c'est bien cette consolation qu'apportera Martin en partageant son manteau un jour, près d'Amiens, et combien de fois ensuite, jusque dans la cathédrale de Tours, où il enlèvera un jour un de ses vêtements pour en revêtir un pauvre. C'est ce mystère d'un Dieu qui aime sans limites que Martin va accueillir dans l'Evangile, particulièrement ces béatitudes que nous avons entendu proclamées à l'instant : « Heureux les pauvres de cœurs, heureux les doux, heureux ceux qui ont faim, heureux les miséricordieux, heureux les artisans de paix ». Ces béatitudes qui sont tout simplement, mais pleinement le portrait du visage de Jésus, que Martin a voulu suivre.

 

Oui, Martin va suivre sans limite Celui qui aime sans limite et qui déborde toutes limites. Et c'est pourquoi Martin va déborder, va traverser tout ce qui pouvait, ou tout ce qui aurait pu, confiner son propre cœur. Il va dépasser la limite de ses peurs sûrement, de ses inquiétudes, de son égoïsme, de ses doutes, comme nous sommes invités nous-mêmes à le faire en ce temps. Oui il va ainsi devenir lui-même, Martin, source de consolation pour tous et toutes. Durant sa vie terrestre d'abord mais aussi dépassant avec Jésus, uni à Lui, dépassant le confinement de la mort, vivant avec Lui de l'éternité, il va pouvoir intercéder aujourd'hui pour nous, en ce moment même pour nous. Qu'il soit donc ce soir source de grâce et de consolation pour tous ceux et toutes celles pour lesquels nous prions et que nous allons maintenant lui confier. Aimons sans limite et nous serons comblés au-delà de toutes limites. C'est la route de l'espérance que Martin nous ouvre.”

 

Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours

 

Source : https://diocesedetours.catholique.fr/fileadmin/diocese/contenus/telechargements/Mgr_Jordy_-_Textes/jordy-benediction-basilique-19-avril-2020-.pdf


Bénédiction de la ville

Le 19 avril 2020

Mgr Jordy bénira la ville par l’intercession de saint Martin, dimanche 19 avril, à la Basilique Saint-Martin, à 18h30.

 

Aux fidèles de l’Archidiocèse de Tours, à toutes personnes de bonne volonté, chaque année, le 10 novembre, veille de la fête de saint Martin, il est de tradition que l’Archevêque bénisse la ville par l’intercession de son saint Patron, figure de charité et d’attention aux plus pauvres et aux plus fragiles.

 

En juillet 1849, lors de l’épidémie de choléra qui frappait la ville, à la suggestion du « Saint homme de Tours », Léon Papin-Dupont, l’Archevêque de Tours invita à une procession des reliques de saint Martin qui eut un effet notable sur la maladie et sur le moral des habitants.

 

Aujourd’hui, une pandémie mondiale frappe notre pays. Un confinement sanitaire nécessaire, mais lourd et exigeant, nous est demandé.

 

Pour nous donner la force de le vivre, pour rendre grâce et intercéder pour les soignants et les métiers qui nous permettent de continuer à vivre, pour demander la consolation pour les familles endeuillées et ayant des malades, pour que des relations plus fraternelles et solidaires nous unissent maintenant et aussi à l’issue de cette épreuve, pour que les croyants soient fortifiés dans leur foi, qu’ainsi ils témoignent de l’espérance et gardent un vrai zèle missionnaire, je bénirai la ville par l’intercession de saint Martin, le dimanche 19 avril, à la Basilique Saint-Martin, en la fête de la divine Miséricorde, à 18h30. Les cloches des églises du diocèse sonneront à la même heure pour relayer cette bénédiction.

 

Que saint Martin, patron de notre diocèse et de la ville de Tours, témoin de la charité et de la miséricorde, nous ouvre la route de l’espérance.

 

Mgr Vincent Jordy, archevêque de Tours

 

Source : https://diocesedetours.catholique.fr/actualites/detail-de-lactualite/news/ benediction-de-la-ville/


Homélie du Pape François pour la messe des Rameaux

Dimanche 12 Avril 2020

Jésus « s’est anéanti, prenant la condition de serviteur » (Ph 2, 7). [...] Dieu nous a sauvés en nous servant. En général nous pensons que c’est à nous de servir Dieu. Non, c’est lui qui nous a servi gratuitement, parce qu’il nous a aimé en premier. Il est difficile d’aimer sans être aimés. Et il est encore plus difficile de servir si nous ne nous laissons pas servir par Dieu.

 

[...] Chers frères et sœurs, que pouvons-nous faire devant Dieu qui nous a servis jusqu’à éprouver la trahison et l’abandon ? Nous pouvons ne pas trahir celui pour qui nous avons été créés, ne pas abandonner ce qui compte. Nous sommes au monde pour l’aimer, lui et les autres. Le reste passe, cela demeure. Le drame que nous sommes en train de traverser nous pousse à prendre au sérieux ce qui est sérieux, et à ne pas nous perdre dans des choses de peu de valeur ; à redécouvrir que la vie ne sert à rien si on ne sert pas. Parce que la vie se mesure sur l’amour. Alors, en ces jours saints, à la maison, tenons-nous devant le Crucifié, mesure de l’amour de Dieu pour nous. Devant Dieu qui nous sert jusqu’à donner sa vie, demandons la grâce de vivre pour servir. Cherchons à contacter celui qui souffre, celui qui est seul et dans le besoin. Ne pensons pas seulement à ce qui nous manque, mais au bien que nous pouvons faire.

 

Voici mon serviteur que je soutiens. Le Père qui a soutenu Jésus dans sa Passion, nous encourage nous aussi dans le service. Certes, aimer, prier, pardonner, prendre soin des autres, en famille comme dans la société, peut coûter. Cela peut sembler un chemin de croix. Mais le chemin du service est le chemin vainqueur, qui nous a sauvés et qui nous sauve la vie. Je voudrais le dire spécialement aux jeunes, en cette Journée qui, depuis trente-cinq ans leur est consacrée. Chers amis, regardez les vrais héros, qui apparaissent ces jours-ci : ce ne sont pas ceux qui ont renommée, argent et succès, mais ceux qui se donnent eux-mêmes pour servir les autres. Sentez-vous appelés à mettre en jeu votre vie. N’ayez pas peur de la dépenser pour Dieu et pour les autres, vous y gagnerez ! Parce que la vie est un don qui se reçoit en se donnant. Et parce que la joie la plus grande est de dire oui à l’amour, sans si et sans mais. Comme Jésus pour nous.

 

Source : https://eglise.catholique.fr/vatican/le-pape-francois/496603-messes-de-rameaux-homelie-pape-francois/


Le Pape François prie pour les familles confinées

Dimanche 29 Mars 2020

« Prions pour la paix dans les familles » afin qu’elles puissent « construire des relations d’amour » et vaincre ensemble les angoisses en cette période de

confinement, a souhaité le pape François lors de sa messe quotidienne à la Résidence Sainte-Marthe le 21 mars 2020.

 

« Aujourd’hui, je voudrais avoir une pensée pour les familles qui ne peuvent pas quitter la maison », a déclaré le pontife lors de sa messe quotidienne à la

Résidence Sainte-Marthe samedi. Les adultes, jeunes et enfants sont enfermés ensemble et n’ont peut-être que le « balcon » pour « unique horizon [...]

 

Prier « sans maquillage »

L’Evangile (Lc 18, 9-14) du jour présente quant à lui deux hommes cherchant à prier. L’un, prétentieux et faisant tout ce qui est prescrit dans la loi, est semblable au jeune homme riche de l’Evangile qui ne soucie pas de la

misère des autres. Le second, le publicain, reste à distance du Seigneur et rappelle le Fils prodigue qui s’humilie.

Comme le publicain, les fidèles doivent s’approcher du Seigneur avec humilité, « âme et pieds nus », sans « maquillage », et sans chercher à « déguiser » leurs vertus. Si le Seigneur pardonne tous les péchés, « il a besoin

que je lui fasse voir » ces péchés, a rappelé le successeur de Pierre. Prier dans un « face-à-face », sans s’attacher à la manière dont il a appris à prier : voilà ce que Dieu attend de l’homme.

 

A l’inverse, en allant au Seigneur en étant trop « sûr » de lui, l’homme risque de tomber dans la « présomption » du pharisien. Le chemin à suivre est au contraire celui de l’abaissement : il s’agit de se « sentir pécheur », non pas à

travers des paroles mais bien avec le coeur. Le pape a enfin invité les fidèles à se confesser « sans se justifier » : cette pratique orgueilleuse conduit à s’exalter et ne permet pas de chasser les misères.

 

Source :https://fr.aleteia.org/2020/03/21/le-pape-francois-prie-pour-les-familles-confinees-avec-des-enfants/


Subir le confinement et agir pour sa vie spirituelle

Le 22 Mars 2020

Nous voici confinés chacun chez nous pour enrayer la propagation de ce virus. C'est certainement la meilleure chose à faire mais ce n'est pas la plus facile à vivre.

 

Quelle période étrange. Chacun s'organise et réagit comme il peut.

 

Un aspect me marque dans cette période. Nous sommes très informés de ce qui se passe autour de nous. Cela peut nous éclairer, parfois aussi nous inquiéter ou nous donner envie de faire quelque chose. D’une certaine façon, on sait tout. Mais on ne peut rien. Dieu aussi sait tout, mais lui, il peut tout. Nous ne sommes pas comme lui et ce peut être frustrant. Or nous subissons ce confinement. En tant que chrétiens, notre foi est une ressource pour fair face à cette frustration de ne pas pouvoir faire grand chose. Madeleine Delbrêl enseignait qu’en toute situation insatisfaisante, si je ne peux pas agir, je peux parler, et si je ne peux pas parler, je peux prier. Or prier, quand on est chrétien ça passe par du concret, des paroles, des gestes, des objets, un chapelet, des livres, la Parole de Dieu, notre corps, notre voix, une bougie…

 

Je voudrais donc vous inviter dans votre confinement à agir spirituellement. Et pas seulement à vous unir à de la prière qui est diffusée à la radio ou télévision. Ces deux moyens de prière (s’unir et agir) sont complémentaires. Par la prière diffusée, nous percevons que le Saint-Esprit relie les membres du corps du Christ que nous sommes. En étant à l’initiative de la prière dans notre appartement, notre famille, nous nous souvenons que le Christ a pris des moyens concrets pour donner la grâce. Par exemple de la poussière et de la salive pour guérir l’aveugle né.

 

Je voudrais vous encourager cette semaine à agir dans votre vie spirituelle. Voici quelques moyens qui peuvent nous mettre en communion en cette période d’épidémie :

  • jeûne et messe “pour toute détresse” le mardi : Mgr Jordy, a demandé aux prêtres du diocèse de célébrer cette messe à la place de la messe des mardi de carême et “les fidèles sont invités à s’y joindre spirituellement par la prière et le jeûne”.
  • Le 25 mars, à l’occasion de la fête de l’Annonciation, les évêques invitent les catholiques, et plus largement les Français, à déposer une bougie sur leur appui de fenêtre à 19h30, au moment où les cloches sonneront. Une marque de communion de pensée et de prière avec les défunts, les malades et leurs proches, avec tous les soignants et tous ceux qui rendent possible la vie de notre pays.
  • Vivre un temps de prière pour la messe : la messe télévisée ou à la radio rend de grand service car nous voyons d’autres chrétiens prier et célébrer l’eucharistie. Et nous sommes nourris par l’homélie. Mais partout où les chrétiens n’ont pas accès à la messe il est bon aussi, seuls ou en groupe, qu’ils mettent en oeuvre un temps de prière inspiré de la messe. Notamment le mardi pour la “messe pour toute détresse” ou même le dimanche en pratiquant la communion spirituelle. Un guide de célébration est proposé par la paroisse St Sauveur (Tours nord), à retrouver sur ce site par ici.   

Père Guillaume Morin


Epidémie dans le diocèse

Le 13 mars 2020

Voici quelques extraits des mesures prises par Mgr Jordy pour faire face à l’épidémie de Coronavirus. Elles s’appliquent dès maintenant dans notre diocèse. Elles sont sages et cohérentes avec les recommandations de l’Etat pour la santé publique et la limitation de la transmission du virus. Elles vont changer la vie de nos paroisses. Il est important que nous les respections et que nous conservions la confiance que nous donne notre foi dans le Seigneur.

 

[La situation d’épidémie dans notre pays et les mesure prises par l’Etat] “nous conduit à prendre de nouvelles dispositions concernant la vie ecclésiale de notre diocèse, et particulièrement concernant les célébrations et rassemblements publics, jusqu’à nouvel ordre.

 

Avant toute chose, nous rappelons que les personnes de plus de 70 ans, ainsi que les personnes les plus fragiles, doivent limiter au maximum leur présence et respecter la recommandation de confinement. Nous les dispensons de célébrations dominicales.

 

Les activités réunissant les enfants et adolescents (aumôneries, catéchèses, mouvements de jeunes, etc.) sont supprimées.

 

Nous invitons bien entendu les confrères prêtres à célébrer le dimanche, mais à adapter les célébrations selon les lieux et en respectant la limite de 100 personnes.

 

Nous rappelons pour ces célébrations, la recommandation formelle pour les personnes de plus de 70 ans de rester confinées chez elles, ainsi que les personnes les plus fragiles. Nous rappelons que la présence des enfants et adolescents est vivement déconseillée.

 

Pour la ville de Tours, outre ces dispositions, les personnes qui le souhaitent pourront venir prier et recevoir l’eucharistie le dimanche toute la journée de 8h30 à 19h00 à la Cathédrale et à la Basilique Saint Martin.

 

Nous invitons les prêtres du diocèse à célébrer chaque mardi jusqu’à Pâques, la messe du Missel Romain « Pour toute détresse » (n° 29). Nous invitons les fidèles du diocèse à s’unir à cette intention par la prière et par le jeûne.

 

Cela nous permet ainsi, dans un temps difficile, de poursuivre notre chemin de Carême et la dynamique spirituelle de la montée vers Pâques.

 

Texte intégral sur le site du diocèse de Tours : diocesedetours.catholique.fr


L'adolescence, une question de dosage

Le 6 Mars 2020


Cheminons ensemble vers Pâques

Le 29 février 2020

Carême 2020 : Cheminons ensemble vers Pâques

grâce à 3 "dîners BOL DE RIZ"

entre voisins paroissiens, à la maison,

 

Vivre ensemble le carême autour d’un bol de riz, un  partage d’évangile et le soutien à une association

 

les vendredis 6 et 20 mars et 3 avril

de 19h à 21h

 

Nouveau : le deuxième “dîner BOL DE RIZ” sera vécu tous les groupes ensemble dans la salle Ste-Anne

le 20 mars de 19h à 21h

 

Ceux qui souhaitent participer, recevoir ou animer un/des diners (ou un déjeuner) sont invités à contacter :

Hélène  Zagamé, par mail : dinersdevoisins@yahoo.com  ou par téléphone : 06 13 05 13 33

 

Réservez aussi le dîner de Pâques mardi 5 mai de 19h à 22h, à La Riche : salle Sainte-Anne (parking sur place)


Le pardon ? acte si difficile

Le 16 février 2020

Le pardon, si difficile, si long, si âpre parfois...

 

« Je ne pourrais pas vivre si je n'avais pas pardonné. » Le visage et le témoignage de cette jeune femme libanaise crève le petit écran de l'émission de télévision sur le pardon. Une partie de sa famille a été sauvagement assassinée. Elle ne peut pas l'oublier mais elle veut vivre. Peu à peu elle découvre que la haine ne fait qu'entretenir le désespoir pour elle.

 

Une certaine rencontre de l'Evangile va l'y arracher. Pardonner ce sera, pour elle, dire qu'elle veut vivre et que la vie est plus forte que la mort. Pardonner c'est d'abord sauver sa peau, elle qui a été épargnée par les assassins.

 

Est-ce que nous ne faisons pas nous aussi l'expérience que le pardon extirpe en nous le poison de la haine qui tue. Qui nous tue avant même de risquer de nous rendre meurtriers à notre tour. Le pardon guérit celui qui pardonne et sauve celui qui est pardonné. Quand le pardon nous paraît impossible, pensons d'abord à nous-mêmes.

 

Pardonne-nous, Seigneur, comme nous avons pardonné à nos frères.

Oui, Seigneur apprends nous à pardonner comme toi tu nous pardonnes!

 

Source: https://croire.la-croix.com/


Dimanche de la santé : «Choisis la vie»

Le 9 février 2020

Partout où est l’Eglise, la mission est à l’œuvre, car la promesse de Dieu est pour tous. Promesse réalisée en Jésus Christ prenant notre humanité et annonçant la Bonne Nouvelle.

 

« La gloire de Dieu c’est l’homme vivant, et la vie de l’homme, c’est la vue de Dieu ! » Saint Irénée

 

La pastorale de la santé participe à cette mission de l’Eglise rejoignant, en un lieu particulier, des femmes et des hommes de notre temps parce que « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur. » ( Gaudium et Spes.1 .)

 

Prière pour le Dimanche de la Santé 2020

Mon chemin, Seigneur, est parfois bien sombre

Il m’arrive souvent de marcher dans la nuit.

Nuit de la souffrance ou de la maladie, nuit du doute ou du deuil. Et je ne sais plus où je suis...

Toi, sans Te lasser, Tu m’appelles à la Vie.

Tu me dis que je suis lumière.

Tu m’invites à faire jaillir la lumière

Par mes mains, mes regards de tendresse,

Et mes actes solidaires.

Permets que mon chemin de nuit s’éclaire,

et que pour d’autres, je sois lumière.

Chantal Lavoillotte

 

Source: https://eglise.catholique.fr/sengager-dans-la-societe/sante/


Journée de la vie consacrée

Le 2 février 2020

Une journée placée en premier lieu sous le signe de l’action de grâce « parce qu’il est beau et juste de remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée, qui enrichit et réjouit l’Eglise par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies totalement données au Seigneur et aux frères ».

 

L’objectif de cette journée est aussi de mieux connaître et apprécier la vie consacrée . « En contemplant le don de la vie consacrée, l’Eglise contemple sa vocation la plus profonde, celle de n’appartenir qu’à son Seigneur, soulignait Jean-Paul II.

 

La vie consacrée a pour mission prioritaire de garder vivante dans l’Eglise la forme historique de vie assumée par le Fils de Dieu quand il est venu sur cette terre ».

 

La journée de la vie consacrée est célébrée en la fête de la Présentation du Seigneur au temple. La présentation de Jésus au temple, consacré selon la prescription rituelle de l’époque au Seigneur comme tout garçon premier né, annonce le don de Jésus par amour de Dieu et des hommes et l’offrande suprême de la Croix. Cette journée a donc une importance particulière pour toute personne consacrée, qui, inspirée par le don bouleversant du Christ, aspire à son tour à donner sa vie et à tout abandonner pour marcher à sa suite.

 

A l'heure actuelle, notre diocèse compte une quinzaine de communautés, la plupart dans l'agglomération tourangelle.

 

Source: http://diocesedetours.catholique.fr/actualites/detail-de-lactualite/news/le-2-fevrier- journee-de-la-vie-consacree-1/ 


Le cantique de Syméon

Le 26 Janvier 2020

Un vieillard vivait à Jérusalem, et sa vie touchait au dernier terme ; mais cet homme de désirs, nommé Siméon, n'avait point laissé languir dans son cœur l’attente du Messie.

Au moment où Marie et Joseph montaient les degrés du Temple, portant vers l’autel l’enfant de la promesse, Siméon se sent poussé donc intérieurement par la force irrésistible de l’Esprit divin; ses yeux inspirés ont bientôt reconnu la Vierge féconde prophétisée par Isaïe; et son cœur vole vers l’enfant qu’elle tient dans ses bras.

 Siméon prenant dans ses bras le divin enfant donna cours à son allégresse dans ce cantique d’action de grâces que nous connaissons aujourd’hui avec les mots initiales en latin : « Nunc dimittis ». Cette prière prend place dans la prière des Heures de l’Eglise au cours des complies, chaque soir avant le coucher.

 

 

Maintenant, Seigneur,

Tu peux laisser s'en aller ton serviteur en paix selon ta parole, Car mes yeux ont vu le salut que tu prépares

A la face des peuples.

Lumière pour éclairer les nations et gloire d'Israël ton peuple. Gloire au père, et au Fils, et au Saint Esprit

Pour les siècles des siècles.

 

Source: https://www.theobule.org/ 


La conversion de Paul

Le 19 Janvier 2020

Comme toute conversion, celle de Paul sur le chemin de Damas résiste à toutes les explications. “Paul lui-même nous offre quelques clés pour s'approcher du mystère.

 

Paul est alors un jeune homme d'à peu près 35 ans. Né dans la diaspora, il a vécu dans un environnement culturel hellénistique, tout en étant fortement protégé dans son identité juive.

 

Comme sa famille, il appartient à la tradition pharisienne, ce mouvement spirituel laïc né au IIe siècle avant Jésus en Israël. Ici le livre des Actes et les lettres concordent : "Je suis pharisien, fils de pharisien", dit Paul (Actes 23,6). Dans sa lettre aux Philippiens il se présente fièrement : "circoncis le huitième jour, de la race d'Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu fils d'Hébreux ; pour la loi pharisien" (Philippiens 3,5). Il a même été élevé "selon la tendance la plus stricte de la religion, en pharisien" (Actes 26,5-15). [...]

 

Par contre le comportement de Paul montre qu'il avait des informations assez précises sur le mouvement de Jésus pour en mesurer la dangerosité pour l'avenir du judaïsme auquel il croyait. Est-ce le rôle revendiqué par Jésus qui l'inquiète, ou bien est-il scandalisé par les disciples juifs de Jésus, qui rejettent les exigences de la Torah avec ses 613 commandements ? Un tel renoncement aux fondements de toute sa vie croyante lui est insupportable. Et voici que son combat, qu'il croit sincèrement conforme au projet de son Dieu, est remis en question radicalement à la suite de l'irruption de Jésus dans sa vie, à la fois fracassante et discrète.

 

L'homme plein de certitudes sur son Dieu, se fait renverser sur le chemin de Damas. Ses yeux de chair se ferment pour s'ouvrir devant le révélateur qu'il combattait : Il tombe à terre, est aveuglé par la lumière de Dieu : "Saül, Saül, pourquoi me persécutes-tu ? Je suis Jésus que tu persécutes". C'est tellement bouleversant que Luc n'hésite pas à nous le raconter trois fois. [...] "Il m'est aussi apparu, à moi l'avorton. (1 Corinthiens 15, 8)... N'ai-je pas vu Jésus notre Seigneur ? (1 Corinthiens 9,1). Dieu a jugé bon de révéler en moi son fils (Galates 1,15) ...J'ai été saisi moi-même par le Christ Jésus..." (Philippiens 3,12). C'est par ces images que Paul le converti tente de rendre compte de l'expérience indicible qui fut la sienne.”

 

Père Alain Marchadour, bibliste - Prions en Église, août 2008 

 

NB : pour plus de détails sur la fresque de Michel Ange de la conversion de St Paul, par ici


Lettre apostolique du pape

Le 13 Janvier 2020

Lettre apostolique du lundi 30 septembre 2019 en forme de « Motu Proprio » du Souverain pontife François « Aperuit illis » par laquelle est institué le dimanche de la Parole de Dieu (Le 3e Dimanche du Temps ordinaire).

 

“ [...] J’établis donc que le IIIe Dimanche du Temps Ordinaire soit consacré à la célébration, à la réflexion et à la proclamation de la Parole de Dieu. Ce dimanche de la Parole de Dieu viendra ainsi se situer à un moment opportun de cette période de l’année, où nous sommes invités à renforcer les liens avec la communauté juive et à prier pour l’unité des chrétiens.

 

Il ne s’agit pas d’une simple coïncidence temporelle : célébrer le Dimanche de la Parole de Dieu exprime une valeur œcuménique, parce que l’Écriture Sainte indique à ceux qui se mettent à l’écoute le chemin à suivre pour parvenir à une unité authentique et solide. Les communautés trouveront le moyen de vivre ce dimanche comme un jour solennel. Il sera important, en tout cas que, dans la célébration eucharistique, l’on puisse introduire le texte sacré, de manière à rendre évidente à l’assemblée la valeur normative que possède la Parole de Dieu.

 

En ce dimanche, de façon particulière, il sera utile de souligner sa proclamation et d’adapter l’ homélie pour mettre en évidence le service rendu à la Parole du Seigneur. Les Évêques pourront, en ce dimanche, célébrer le rite du lectorat ou confier un ministère similaire, pour rappeler l’importance de la proclamation de la Parole de Dieu dans la liturgie . Il est fondamental, en effet, de faire tous les efforts nécessaires pour former certains fidèles à être de véritables annonciateurs de la Parole avec une préparation adéquate, comme cela se produit de manière désormais habituelle pour les acolytes ou les ministres extraordinaires de la communion. De la même manière, les prêtres en paroisse pourront trouver la forme la plus adéquate pour la remise de la Bible , ou de l’un de ses livres, à toute l’assemblée, afin de faire ressortir l’importance d’en continuer la lecture dans sa vie quotidienne, de l’approfondir et de prier avec la Sainte Écriture, se référant de manière particulière à la Lectio Divina . [...] ” 

 

Dimanche de la parole de Dieu : le 26 janvier sera le 3 ème dimanche du temps ordinaire. Le pape François souhaite que chaque chrétien ait une bible pour pouvoir la lire, l'approfondir et prier avec. Si vous avez des bibles en trop et que vous souhaitez les donner, apportez-les aux messes des 18 et 19 janvier.

A la fin de des messes du 25 et 26 janvier, si vous n'avez pas de bible vous pourrez en prendre une parmi celles qui auront été données.


Urbi et Orbi de Noël

Le 5 Janvier 2020

Le souverain pontife, qui vient de fêter ses 83 ans, est apparu souriant sur le balcon inondé de soleil du palais pontifical pour prononcer son discours du 25 décembre devant quelque 55 000 fidèles réunis sur la place Saint-Pierre.

 

Dans son traditionnel discours "Urbi et Orbi" (à la ville de Rome et au monde), il a appelé à "assouplir notre cœur souvent endurci et égoïste" afin de donner "le sourire aux enfants du monde entier", abandonnés ou victimes de violences.

Mais c'est tout d'abord vers le Moyen-Orient qu'il s'est tourné, là où de nombreux enfants "subissent la guerre et les conflits". Il a souhaité envoyer un message de réconfort au "bien-aimé peuple syrien qui ne voit pas encore la fin des hostilités qui ont déchiré le pays en cette décennie". [...] Le souverain pontife a aussi eu une pensée de "soutien pour le peuple libanais" - secoué par un mouvement de contestation politique sans précédent - espérant que le pays "redécouvre sa vocation d'être un messager de liberté et de coexistence harmonieuse pour tous".

 

Le pape, qui multiplie les gestes diplomatiques et religieux avec la Russie, a également espéré voir aboutir l'aspiration de l'Ukraine "à des solutions concrètes pour une paix durable". [...]

 

François a exprimé son réconfort "à tous ceux qui sont persécutés à cause de leur foi religieuse, spécialement les missionnaires et les fidèles kidnappés". Il a dénoncé les agissements "des groupes extrémistes sur le continent africain, surtout au Mali, au Niger, au Nigeria et au Burkina Faso, qui vient de subir l'un des attentats les plus meurtriers de son histoire. [...]

 

Le pape, qui a fait du soutien des migrants l'une des priorités de son pontificat, n'a pas manqué de critiquer dans son message "Urbi et Orbi" "les murs d'indifférence" qu'ils rencontrent. [...] Il avait prôné l'amour "inconditionnel" et "gratis" opposé à la logique marchande qui prévaut.

 

"N'attendons pas que notre prochain devienne bon pour lui faire du bien, que l'Eglise soit parfaite pour l'aimer, que les autres nous considèrent pour les servir. Commençons les premiers", conseillait Jorge Bergoglio. [...]

 

https://fr.euronews.com/2019/12/25/septieme-benediction-urbi-et-orbi-de- noel-pour-le-pape-francois.html